12/05/2021

Efficacité du vaccin anti-COVID-19

Par Doris Djamba

pourquoi est-ce important ? 

 

Véritable prouesse scientifique, les vaccins contre la COVID-19 ont été mis au point moins d’un an après que le virus a été détecté pour la première fois. Plusieurs vaccins désormais disponibles ont montré différents niveaux d’efficacité. Donc, lorsque l’on parle de l’efficacité d’un vaccin, de quoi s’agit-il ?

Qu’est-ce que l’efficacité d’un vaccin et pourquoi est-ce important ? 

L’efficacité (« efficacy» en anglais) d’un vaccin se mesure à la protection qu’offre le vaccin contre une maladie ou un pathogène lors d’un essai vaccinal. Si un vaccin a, par exemple, 70 % d’efficacité, cela signifie qu’une personne vaccinée lors d’un essai clinique a environ deux tiers de risques en moins de développer la maladie qu’une personne qui n’a pas été vaccinée lors de ce même essai. Quand un vaccin est administré en dehors du cadre d’un essai clinique, nous faisons alors référence à l’efficience (« effectiveness ») du vaccin. Comparée à l’efficacité, l’efficience prend en compte toutes les complexités du monde réel, en dehors des conditions d’essai clinique contrôlées. Jusqu’à présent, les vaccins anti-COVID-19 semblent être hautement efficaces en conditions réelles. Néanmoins, nous avons encore besoin d’évaluer tous les effets induits par l’efficience de chaque vaccin contre les variants nouvellement identifiés qui causent la COVID-19.

Est-il facile de comparer l’efficacité des différents vaccins anti COVID-19 ?  

Il faut rester prudent lorsque l’on compare des résultats d’essais avec les différents vaccins parce que ces essais cliniques sont réalisés différemment et mesurent des éléments différents. Tous les essais cliniques fournissent des données rigoureuses, mais cela rend les comparaisons directes entre vaccins plus difficiles. Pour cela, il faudrait des essais avec le même protocole pour tous les vaccins, effectués et suivis de la même façon.

Avec les vaccins contre la COVID-19, différents essais cliniques ont examiné comment les vaccins protègent contre les infections symptomatiques et asymptomatiques, de même que comment ils protègent contre les formes sévères de la maladie, l’hospitalisation et la mort. Alors que l’on estime généralement que la protection d’une dose donnée de vaccin débute pleinement deux semaines après qu’elle a été administrée, certains essais sont conçus pour évaluer le degré de protection assuré par le vaccin dès l’administration de cette dose. D’autres évalueront l’efficacité deux semaines après l’injection.

Une autre différence importante réside dans la façon dont les essais mesurent les résultats. Pour détecter l’infection par la COVID-19, il peut être demandé aux participants de juste communiquer eux-mêmes les symptômes, ou bien ils pourraient effectuer des prélèvements sanguins réguliers pour détecter les signes du virus. Des études qui font état d’une moindre efficacité contre l’infection pourraient être plus rigoureuses pour tenter de déterminer si une personne a été infectée ou non.

Existe-t-il un seuil standard d’efficacité d’un vaccin ? Un niveau inférieur à ce seuil est-il préoccupant ?  

Il n’existe pas de seuil standard d’efficacité unique d’un vaccin qui puisse être appliqué à tous les vaccins. Toute décision d’utiliser un vaccin ou un médicament implique toujours d’évaluer les bénéfices et les risques. Dans le cas de certains vaccins, comme celui contre le paludisme, nous acceptons une efficacité relativement basse parce que le problème est considérable et le besoin immense.

Le seuil d’efficacité de 50 % établi pour les vaccins contre la COVID-19 existe parce que la COVID-19 était considérée comme étant tellement grave que si le vaccin n’était efficace qu’à 50 %, cela vaudrait tout de même la peine de l’utiliser. Heureusement, les données sur les vaccins contre la COVID-19 suggèrent que les vaccins sont très sûrs et présentent une efficacité élevée, du moins contre certains variants.

Les vaccins contre la COVID-19 ont des efficacités différentes. Dans ce cas, lequel choisir ?  

On s’est beaucoup attardé sur l’utilisation des vaccins anti-COVID-19 pour protéger de la forme symptomatique de la maladie. Mais ce qui nous importe vraiment, c’est la façon dont ces vaccins protègent des formes graves de la maladie, des hospitalisations et de la mort. Jusqu’à présent, les données montrent que tous ces vaccins sont plus performants pour protéger contre les formes sévères de la maladie, l’hospitalisation et la mort que contre les formes symptomatiques. Ceci s’explique par le fait qu’empêcher un virus d’arriver à une forme sévère est plus facile que d’éviter tous les symptômes.

Par exemple, le vaccin AstraZeneca semble avoir une efficacité moindre que le vaccin Pfizer pour éviter les formes légères et modérées de la maladie, mais s’est révélé très utile pour empêcher les formes sévères de la maladie, avec une efficacité proche de 100 % contre au moins certains variants du virus qui causent la COVID-19. Étant donné les vrais risques liés à la COVID-19, le degré élevé de sûreté que nous constatons jusqu’à présent pour les vaccins contre la COVID-19, ainsi que la preuve que ces vaccins fournissent une protection, en particulier contre les formes sévères de la maladie, l’hospitalisation et la mort, je prendrais personnellement n’importe lequel des vaccins recommandés par l’OMS, et je conseillerais ma famille, y compris mes parents qui ont plus de 70 ans, de faire de même.